À propos

Le projet violencespolicieres.fr vise à présenter un recensement unifié des cas de violences et de pratiques irrégulières commises par des agents de la police et de la gendarmerie en France.

En rassemblant de manière structurée les nombreux travaux existants et les signalements fournis par les observatoires partenaires, notre recensement a pour but de faciliter le travail d'investigation associatif et journalistique et d'offrir au plus grand nombre une vue d'ensemble claire et documentée de cette problématique.

Important

À l'heure actuelle, du fait de nos sources, le recensement se concentre principalement sur les violences commises lors de manifestations et contre les personnes exilées. Nous soulignons avec importance que cette présentation est partielle, et sous-représente notamment les violences « quotidiennes » et les personnes décédées au contact des forces de l'ordre. Nous sommes conscients de cette limite et nous invitons les organisations travaillant sur ce domaine à nous contacter.

Par ailleurs, plusieurs sources et événements sont toujours en cours d'analyse, notamment une partie des signalements de David Dufresne, les personnes mutilées avant 2019 et les expulsions de personnes exilées avant Février 2022. Le recensement et les statistiques affichées sont donc amenées à évoluer dans les semaines et mois à venir. Nous suivre.

Périmètre

Le projet violencespolicieres.fr recense les cas de violences et de pratiques irrégulières commises en service par des agents de la police et de la gendarmerie en France. Pour être inclus au recensement, l'évènement doit correspondre aux critères suivants :

  • Les actes de violence non strictement nécessaires et proportionnés ayant provoqué des atteintes physiques ou psychologiques contre une victime identifiée.
  • Les actes irréguliers, c'est à dire contraires à la Loi, au Code de déontologie de la Police nationale et de la Gendarmerie nationale et aux Instructions d'emploi des armes.
  • Les actes réguliers constitutifs d'une politique contraire aux engagements internationaux de la France, notamment en matière de droit d'asile et de droit humanitaire.

Sont également pris en compte les faits commis par des agents hors service lorsqu'ils agissent au titre de leur fonction ; les faits graves commis hors service de nature incompatible avec leur fonction (corruption, violences volontaires, violences sexuelles et intrafamiliales, discrimination…) ; ainsi que les cas d'inaction et de complaisance envers des faits graves commis par d'autres.

Méthodologie

 

Méthodologie de traitement des signalements du projet Violences Policières

Le projet violencespolicieres.fr travaille à partir des travaux de plusieurs observatoires et journalistes depuis 2019 sur le recensement des faits de violences policières en France, notamment Allo Place Beauveau (David Dufresne), Human Right Observers, Collectif d'Accès au Droit, l'Observatoire des Street-Médics, LeMurJaune.fr, ainsi que divers travaux journalistique de recensements d'actes irréguliers.

Depuis mars 2023, nous recueillons les signalements manifestes, c'est à dire appuyés par des photos et vidéos originales, auprès des reporters présents en manifestation, ainsi que les témoignages autonomes des témoins et victimes.

L'ensemble des signalements sont regroupés sous format unique, permettant l'utilisation de divers outils automatisés : chaque signalement est anonymisé, classifié suivant de nombreux critères et comparé aux autre signalements afin de détecter d'éventuels doublons.

  1. Recueil des signalements
    Le projet violencespolicieres.fr s'appuie sur les travaux journalistiques et les signalements fournis par les observatoires partenaires. Depuis mars 2023, recueillons également les signalements manifestes des reporters présents en manifestation, ainsi que les témoignages autonomes des témoins et victimes. Pour signaler une violence, voyez la page Signaler.

  2. Classification
    Les signalements recensés sur le projet violencespolicieres.fr sont classifiés selon différents critères, tels que la date, l'heure et le lieu de l'événement, le genre, l'âge et le rôle de la victime, l'aspect, la localisation et la cause des blessures, ainsi que les catégories légales des irrégularités.

    Cette classification nous permet d'offrir une analyse détaillée et structurée des irrégularités et violences policières et de leurs conséquences, et de proposer des statistiques et estimations permettant d'appréhender cette problématique à une plus grande échelle.

  3. Détection et suppression des doublons
    Les doublons sont courant lorsqu'un nombre important de violences sont commises dans un temps court, par exemple dans le contexte d'une manifestation. Tous les signalements de violences policières sont donc comparées entre eux afin d'identifier et de retirer les éventuels doublons provenant de plusieurs sources ayant observé et rapporté le même évènement.

    Pour cela, nous avons mis en place un outil de recherche automatisée des doublons via un score de similarité, comparant par notamment l’heure et le lieu de l'événement, le genre, l’âge, les atteintes, leur cause et l'issue de la victime. Le doublon est supprimé après une vérification manuelle.

    Cette étape est cruciale pour garantir l'exactitude et la pertinence des statistiques publiées. En cas d'erreur, nous vous invitons à nous la signaler.

  4. Décision et méthode d’anonymisation
    Pour protéger la vie privée et la sécurité des personnes impliquées dans les cas de violences recensés, nous procédons à l'anonymisation des victimes lorsque celle-ci n'a pas déjà été réalisée par notre source.

    Toutefois, l'identité de la victime peut avoir été déjà rendue publique de manière complète ou partielle (prénom seul), notamment lorsque la victime témoigné publiquement, a donné son consentement à sa publication, ou que la presse a jugé cette information d'intérêt public. Dans ces cas, nous ne re-publions que les informations de notoriété publique et présentant un intérêt éditorial.

    Si des informations vous concernant sont visibles sur le site et vous souhaitez les supprimer, nous vous invitons à nous contacter.

  5. Rédaction et publication
    Bien que le projet violencespolicieres.fr ne soit pas un site de presse, nous accordons néanmoins une très grande importante à la véracité des informations publié, à leur fidélité dans la représentation des faits ainsi qu'à leur correcte interprétation par le lecteur. Nous présentons autant que possible les éléments de preuve relatifs à un signalement, dès-lors qu'ils sont publiables sans porter atteinte au souhait d'anonymat de la victime.

Histoire du projet

Le site violencespolicieres.fr est un projet lancé par Vincent Victor et porté par une équipe de bénévoles dans l'objectif de dépasser le seul cadre des manifestations et d'étendre le recensement des faits et victimes de violences policières aux autres lieux et contextes de violences, et notamment les moins visibles.

Histoire du projet Violences Policières

Contact / collaborations

Signaler ou témoigner

Pour signaler des faits nouveaux de violences ou pratiques irrégulières commises par des agents de la police et de la gendarmerie, apporter votre témoignage, photos, vidéos ou autres éléments utiles aux enquêtes, se rendre sur la page « Signaler ».

Pour signaler une erreur ou supprimer des informations personnelles vous concernant parmi les signalements publiés : contact@violencespolicieres.fr

Partenariats avec les observatoires, associations et rédactions

Le projet violencespolicieres.fr travaille avec les observatoires et associations afin de :

  • Faciliter le travail d'analyse des cas de violences policières par le traitement et l'analyse automatique des données fournies : classification, détection des cas similaires, statistiques…
  • Faciliter la diffusion auprès du grand public et la vulgarisation de ce travail par la publication de leur données et rapports sur un "guichet unique" de l'information des affaires de violences policières.

Le projet violencespolicieres.fr travaille également avec la presse généraliste et les cellules de presse d'investigation, notamment pour :

  • Faciliter le travail d'investigation sur des affaires spécifiques par l’agrégation des informations connues et, lorsqu'elles sont d'ordre d'intérêt public, en mettant à disposition des cellules d'enquête les éléments de preuve recueillis.
  • Améliorer le traitement des faits-divers de violences policières, notamment en permettant leur contextualisation dans une analyses générale chiffrée, par la mise à disposition d'analyses statistiques nationales et de long terme : armes et techniques employées, contextes de survenue, unités mises en cause et caractéristiques des victimes.

Collaborations actuelles et passées :

  • Cellule enquête vidéo du Monde
  • Cellule enquête de Médiapart
  • Journalistes police-justice de Libération
  • INDEX.ngo (ONG d'investigation indépendante)
  • Divers journaliste police-justice pour des enquêtes occasionnelles

Pour collaborer avec le projet dans le cadre d'une enquête ou d'un partage d'informations : contact@violencespolicieres.fr

Réseaux sociaux

Note: Seuls les nouveaux signalements, particulièrement graves ou supportés par des images sont publiés sur les réseaux sociaux. Nous acceptons les messages privés sur ces plateforme pour nous y signaler plus facilement du contenu déjà public, il est cependant préférable de nous contacter via la page « Signaler » pour tout témoignage ou document confidentiel.

Pour suivre l'activité et les futurs développements du projet: @vinvic_

Mentions légales

Voir Mentions légales

582
Victimes graves recensées ayant nécessité une prise en charge médicale ou préservé des séquelles, plus de 1 victime sur 10.
Victimes graves 
6 092
Victimes et faits recensés de violences et d'abus policiers recensés depuis 2018 en France.
Signalements récents 
5 646
Lieux de vie informels expulsés par les forces de l'ordre depuis 2018 en France.
27 500
Victimes estimées de violences policières pour les seules manifestations Gilets Jaunes et Retraites.